Enseigner les langues nationales ou enseigner dans les langues nationales Babacar Mbaye Ndaak, Boubacar Boris Diop, Ibou Fall

janvier 20 2017

RAW Material Company a le plaisir de vous inviter à la troisième conférence du programme Parlons Sénégalaiseries organisé en collaboration avec Mr Ibou Fall. Parlons Sénégalaiseries est un cycle de débats mensuels sur des questions touchant la société sénégalaise.
Le débat sur la place des langues nationales dans le projet de société moderne se perpétue depuis des décennies. l’Etat sénégalais a consenti à codifier les langues nationales et en introduire l’enseignement à l’université. La société civile s’est emparée de ce combat et lance divers programmes d’alphabétisation à l’intérieur du pays avec plus ou moins de succès.

Problème : la langue officielle demeure l’outil de travail et aucune carrière administrative ou légalement reconnue ne saurait prospérer en dehors des langues étrangères. D’où le caractère désuet des langues vernaculaires aux yeux de nos compatriotes dont les plans de carrière épousent les exigences de la République ou de la société qualifiée de moderne. Tant que les langues nationales n’ouvriront de perspectives de carrière, elles resteront à la remorque du français, de l’anglais et des autres langues étrangères qui nous proviennent de l’Europe, l’Amérique ou l’Asie. Est-il donc vraiment impossible d’être un docteur en médecine, sciences politiques en droit ou en économie, être agrégé de mathématiques ou de sciences physiques après avoir accompli son cursus de la maternelle à l’université dans une langue nationale ? Voilà les questions que ce débat abordera et éclairera.