Session 9

RAW Académie est un programme résidentiel expérimental pour la recherche et l'étude de la pratique et de la pensée artistique et du commissariat d’exposition. Le programme se déroule généralement sur sept semaines à Dakar. Il invite à une réflexion dynamique sur la recherche artistique, la pratique curatoriale et l'écriture critique. Deux sessions distinctes ont lieu chaque année au printemps et à l'automne. La session 9 sera dirigée par l'artiste, écrivaine, cinéaste et activiste Linda Goode Bryant. Elle se déroulera du 14 Mars au 29 Avril 2022.

Curriculum

Infrastructure

Sous la direction de Linda Goode Bryant

 

Pendant des siècles, l’infrastructure qui soutient la production artistique et le marché de l’art actuel mondial s’est construite sur un modèle économique calqué sur des valeurs et principes fondamentaux relatifs au gain et aux biens matériels. Malgré les changements dans la façon dont les cultures et l'art ont évolué au cours de la période en question, cette infrastructure est restée essentiellement la même.
 
Que se passerait-il si on envisageait un autre genre d’infrastructure ? Qui soit aussi incompatible avec la relation et les exigences existantes entre un artiste et une galerie commerciale et avec la finalité et le but inhérent au commerce de l’art que le Concerto in Black and Blue de David Hammons (2002)? Qu’adviendrait-il si cette infrastructure était basée sur un système fondé sur la créativité et la culture ? Est-ce qu’elle se conformerait aux principes et aux valeurs déterminés par son souci pour l’humanité?
 
Cette infrastructure pourrait-elle réellement soutenir la pratique artistique des artistes du 21ème siècle et subvenir à leurs besoins vitaux de façon adéquate ? Comment évaluerait-on les œuvres d’art et ceux/celles qui les créent ? Quels seraient ses besoins en forme, services et activités? L’art serait-il découvert ou révélé à des gens vaquant à leurs occupations quotidiennes, comme avec la bouteille de vin et la vente de boules de neige de David Hammons, ou avec les performances de Senga Nengudi au niveau des autoroutes ou encore Art Is de Lorraine O’Grady (1983)?
 
Y aurait-il une programmation publique ? Ses installations artistiques seraient-elles contextuelles, comme les notes de bas de page d’une nouvelle de David Foster Wallace, au lieu d’être dissociées de l’époque, des circonstances et des conditions de réalisation et d’élaboration de l’œuvre et et de son public? Les objectifs, le rôle et le pouvoir des critiques et commissaires d’exposition, des musées et des galeries, des marchands d’art, des collectionneurs et des mécènes changeraient-ils en fonction de leur relation à l’art, aux artistes et au public ?
 
Qu’adviendrait-il si la valeur de l’art était fondée sur son aspect social et humain plutôt que sur sa valeur en tant que produit ? Pouvons-nous imaginer une infrastructure fondamentalement perméable aux méthodologies de la pratique artistique elle-même et que celle-ci façonnerait, à l’inverse du modèle dominant actuel ? À quoi pourrait-elle ressembler si elle était configurée suivant la méthode de direction du chef d’orchestre Lawrence « Butch » Morris, ou suivant la cacophonie visuelle des images en mouvement d’Arthur Jafa, ou encore la logique organisationnelle des revues Black Currant de Janet Henry, pour ne citer que quelques exemples de pratiques artistiques générant un modèle différent d’infrastructure.
 
En se servant du musée d’art public à la fois comme point de connexion et comme point de départ pour l’infrastructure artistique actuelle, les participants à la Session 9 - située à l'Institut d'Art Contemporain (ICA) de Philadelphie - s’attaqueront à ces questions.  Ils et elles commenceront à y répondre en envisageant et concevant une infrastructure qui soutienne les artistes et élève le niveau à partir duquel ceux-ci doivent sans cesse créer et créer nouveau. Une structure qui diversifie les moyens de rendre les artistes plus autosuffisants, que ce soit par rapport à leurs besoins vitaux ou à leurs exigences sur le plan créatif, à partir des connaissances fournies par les artistes eux-mêmes et par leurs œuvres. Une infrastructure qui puisse exister comme un pôle créatif au sein des populations locales et qui offre un accès constant à l’art en permettant d’y participer directement, comme si celui-ci faisait naturellement partie de la vie quotidienne.
 
Cette session  comprendra des débats, des présentations et des ateliers avec les enseignants invité-e-s, des visites d’institutions culturelles cherchant des réponses à des questions similaires, et la réalisation d’une exposition évolutive à l’ICA de Philadelphie commençant le 14 Mars et se terminant le 29 Avril 2022.
 
Les enseignant- e-s invité-e-s comprendront l’artiste Arthur Jafa, l’écrivain et musicien Greg Tate, les commissaires Rujeko HockleyThomas Lax, et Bonaventure Soh Bejeng Ndikung, GUDSKUL (ruangrupa, Serrum and Grafis Huru Hara) entre autres. 

Directrice de session

Née à Columbus, Ohio, États-Unis, Linda Goode Bryant est une artiste, écrivaine, cinéaste et militante. Bryant a reçu son B.A. au Spelman College d'Atlanta, en Géorgie, et une maîtrise en commerce de l'Université Columbia à New York. Linda a co-produit et réalisé Flag Wars (2003), un documentaire dans le style cinéma vérité nominé aux Emmy Awards. Elle est lauréate du prix Guggenheim 2004 et du prix Peabody. Linda a été directrice fondatrice de Just Above Midtown (JAM), un espace d'artistes interdisciplinaire à but non lucratif de la ville de New York qui a soutenu de nouveaux travaux d'artistes visuels, vidéo et cinématographiques, chorégraphes, musiciens, écrivains et artistes de la performance et du théâtre. JAM a été le premier espace de galerie à exposer le travail d'artistes afro-américains et d'autres artistes de couleur dans un grand quartier de galeries, et fait l'objet d'une exposition en 2020 au Museum of Modern Art de New York.

En 2003, Goode Bryant a fondé l'Active Citizen Project (ACP), une organisation à but non lucratif qui sert de catalyseur et de laboratoire pour un large militantisme public utilisant l'art et les nouveaux médias comme outils de changement social. 

Collaboration spéciale

Institute of Contemporary Art - Philadelphia

 

L'Institut d'Art Contemporain de l'Université de Pennsylvanie croit au pouvoir de l'art et des artistes d'informer et d'inspirer. L'ICA est ouverte pour tous et toutes  de s'engager et de se connecter avec l'art de notre temps.
 
Fondée en 1963 par le doyen visionnaire de l'école d'architecture, Holmes Perkins, qui voulait exposer les étudiants à ce qui était «nouveau et qui se passe» dans l'art et la culture, l'ICA a développé une réputation internationale en tant que lieu de prédilection pour l'art et la culture contemporains. Musée non collectionneur, l'ICA est également l'un des seules kunsthalles d'Amérique. Dans le cadre de l'Université de Pennsylvanie, son programme centré sur l'artiste est complété par la rigueur intellectuelle d'une institution académique de premier plan.
 
La collaboration avec RAW Académie est née de l'initiative ICA I is for Institute, qui examine les perceptions et les paramètres des institutions d'arts contemporains comme un moyen de créer un espace de dialogue sur la façon de les réinventer. Le projet se déroule à travers une série d'expositions et de conversations avec des conservateurs et des réalisateurs réfléchissant à leur travail dans leurs contextes institutionnels et locaux. Les conversations sont archivées en ligne sur iisforinstitute.icaphila.org

RAW MATERIAL COMPANY

CENTER FOR ART KNOWLEDGE AND SOCIETY

Sign up for our Newsletter

FOLLOW US: